Les sociétés modernes ont pris l’habitude de commercialiser et de sexualiser le corps des femmes. Objet du désir masculin, il ne cesse d’être embelli, retouché, maquillé, déguisé, corrigé. On nous a ainsi longtemps fait croire que le corps féminin n’avait de valeur que s’il été jeune, mince et immaculé et ce diktat de la femme parfaite nous a poussé à réagir de la façon la plus naturelle qui soit : en nous cachant. Puisque ce corps n’est pas à la hauteur, dissimulons-le. Camouflons les formes, masquons la cellulite, effaçons les marques du temps, évitons les miroirs, gommons les photos… faisons même l’amour dans le noir !

Heureusement, aujourd’hui, l’imaginaire collectif s’est ouvert à de nouvelles représentations féminines et la mode est à l’affirmation des spécificités de chacune. Profitons-en pour apprendre à revaloriser notre corps et à nous aimer nue. Telle que nous sommes. Belles et imparfaites.


Le corps parfait n’existe pas

Les magazines, la mode, les films, les clips, les réseaux sociaux… tous nous induisent en erreur en nous incitant à penser que nos corps ne correspondent pas aux normes de beauté. Parce qu’ils ne sont pas assez fins. Pas assez fermes. Pas assez sveltes. Pas assez gracieux. Pas assez blancs. La vérité, c’est que le corps parfait n’existe pas et que l’idéal que certaines se tuent à essayer d’atteindre n’est à la portée de personne. Il y aura toujours un sein plus petit que l’autre, une cicatrice d’enfance, des cernes de fatigue ou quelques vergetures sur les fesses. Et même les photos de mannequins qui s’affament seront à retoucher à la fin du shooting. Oui, même celles-ci… Arrêtez donc de vouloir être mieux, plus, comme… c’est une quête vaine qu‘il est temps de délaisser pour apprendre à s’aimer.


Le corps des femmes n’est pas qu’un objet de séduction

Bien qu’il soit au cœur de la relation homme-femme et qu’on ne puisse nier le plaisir de s’en servir pour séduire, le corps féminin ne peut en aucun cas s’envisager uniquement comme un atout de charme ou comme une arme pour éveiller l’intérêt masculin. Il est bien plus que cela. Tellement plus que cela. Il est le berceau de la vie, un outil d’expression, un objet de performances, une source de connaissance de soi, un allié dont il faut prendre soin… Dès lors, à quoi bon s’efforcer de le rendre parfait ? Cela reviendrait à faire fausse route en acceptant l’idée que le corps a pour unique fonction celle de plaire aux hommes, et en niant toutes ses autres potentialités, pourtant bien plus importantes. Et puis, on vous rappelle que l’important c’est de se sentir bien. C’est là qu’on rayonne et qu’on interpelle. La femme est belle quand elle libre, épanouie, confiante, puissante. Alors si vraiment vous avez en tête d’utiliser votre corps comme un objet d’attraction, n’essayer pas de le changer mais plutôt de l’aimer…


Le corps des femmes puise sa beauté dans l’histoire qu’il raconte

Nos cicatrices, nos balafres, notre embonpoint, nos plis, nos craquelures, nos pattes d’oie… Ce sont là les signes de notre histoire et de nos appétences. Nos ridules témoignent de nos sourires, nos vergetures racontent nos grossesses, nos rondeurs parlent de nos plaisirs, nos blessures mentionnent nos combats, nos bêtises, nos infortunes. Ce ne sont pas des corps abimés, ceux sont des corps qui vivent. Ils travaillent, ils affrontent, ils construisent, ils rient, ils pleurent. Ils sont altérés par la vie, ses joies, ses peines. Et ça. Ça c’est beaucoup plus beau qu’un corps qui n’ose rien par peur de se gâter.


Être nue, cette chose naturelle qui rend heureuse

Une fois que le chemin vers le self-love et la réappropriation du corps est enclenché, il est temps de réapprendre à se mettre à nue. Se révéler, sans artifice, sans camouflage, sans pudeur, avec nos atouts physiques et nos imperfections. Accepter de se dénuder et s’assumer ainsi, dans son plus simple appareil, procure un bien fou quand on arrête de se focaliser sur les défauts et qu’on accepte d’envisager son corps comme un don puissant de la nature et l’illustration de sa propre vie. Par ailleurs, s’accepter nue est une pratique extrêmement libératrice qui allège et redonne confiance et à laquelle il est bon de recourir le plus souvent possible. Vous allez voir, on y prend goût ! Alors, ne fuyez plus le miroir, ne tamisez plus les lumières, prenez des bains, observez-vous, osez vous déshabiller devant vos proches, ne vous cachez plus derrière des vêtements amples ou des paréos et dans les vestiaires, au hammam ou chez vous, n’hésitez pas à faire face au regard des autres femmes et à les regarder en retour. Vous verrez à quel point la diversité des corps est belle. Et vous vous rendrez compte de la bienveillance qu’ont les femmes entre elles à l’égard de la nudité, jamais de moquerie, jamais de dégout, nous sommes toutes dans le même bateau.


Voilà, c’est le moment de se dévêtir, de s’estimer plus et de s’aimer mieux. Et si vous avez besoin d’un peu de courage, détournez les yeux des magazines féminins et plongez-vous dans l’œuvre de nombreux artistes qui ont eu à cœur de représenter le corps des femmes tel qu’il l’est vraiment : beau, brut, imparfait. Jetez donc un œil aux Nanas de Nikki de Saint-Phalle, à la Joconde de Fernando Botero Angulo, à La danse de Matisse, aux nus de Degas ou encore aux Baigneuses de Picasso…


Si le sujet de la nudité et du rapport au corps vous intéresse et que vous souhaitez approfondir, n’hésitez pas à vous inscrire à notre retraite en ligne FEMMES SACRÉES, disponible ici à partir du 10 octobre ! Créée par des femmes qui ont envie de vous faire du bien, elle abordera des thématiques qui nous concernent toutes et tentera de nous aider à nous comprendre mieux et à nous valoriser davantage. Au programme : sexualité, naturopathie, analyse des cycles, magie lunaire, féminin sacré, réappropriation du corps par le mouvement, yoga de la femme…