marieshantiyoganamastrip.jpg

1. 3 mots pour te définir ?

Douce, pédagogue et empathique

2. Quelles sont tes racines ?

Mes racines sont en Bretagne où je suis née … Et aussi en Normandie ou j’ai passé une belle partie de ma vie, toute ma famille paternelle vivant à côté de Caen. Toutefois, l’appel de la Provence vibre de plus en plus pour moi, c’est un endroit où je me sens particulièrement bien.

3. Comment et pourquoi es-tu devenue professeur de yoga ?

Ancienne jeune avocate, j’ai littéralement trouvé un sens à ma vie en me retrouvant dans une position d’enseignante par une suite d’évènements. C’est en assimilant l’amour d’enseigner à ma passion du yoga que j’ai pu donner une dimension nouvelle à ma vie professionnelle : la joie.

Dans cet exercice qu’est celui d’enseigner, je ne recherche pas du tout l’invention de nouveaux concepts ou nouvelles façons de faire. J’ai à coeur de scrupuleusement partager l’esprit et la lettre du yoga en ses sources les plus authentiques, afin d’apporter aux élèves présents des outils pour les guider sur leur propre chemin. En tant que professeure, je me visualise comme un « biais », un « canal » de transmission et non comme une fin en soi. J’aime penser que suis « la bouche » de la philosophie et des outils que le yoga propose

4. Quels styles de yoga enseignes-tu et pourquoi ?

Ma « base » d’enseignement se trouve dans le Hatha Yoga, dans sa lignée issue de Sri Sri Sri Saccidananda Yogi. C’est tout simplement car cet enseignement a changé ma vie dans sa dimension complète à propos du yoga. On y pratique notamment beaucoup de pranayamas et de méditations liées au réveil du corps vibratoire. Ce n’est pas un yoga « de bien-être » tel qu’il s’est popularisé en Occident, mais un puissant accélérateur de transformation. C’est moi-même, à travers de la pédagogie et de l’adaptation à mes élèves qui apporte une dimension plus « bien-être ». A travers diverses rencontres, j’ai adapté cette pratique traditionnelle à un enseignement centré autour de l’Ayurvéda. J’aime ainsi parler de pratique « intelligente » qui s’adapte aux saisons, aux constitutions … 

Mue par une soif d’apprendre et de découvrir, j’ai rencontré de merveilleuses professeures de yoga Vinyasa qui m’ont également formé. Je n’enseigne pas le Vinyasa dans son acception traditionnelle dérivée de l’Ashtanga car je trouve cette dimension trop violente pour le corps et l’esprit. J’enseigne le Vinyasa telle que la notion a été délivrée dans les textes tantriques du Moyen-Age, c’est à dire dans la conscience du mouvement et des cycles qui s’écoulent constamment, en nous et autour de nous. 

Le yin yoga a changé ma vie en ce qu’il m’a fait découvrir un facette de moi-même jusqu’alors inconnue. Celle nourrie d’ « énergie féminine », loin du carcan yang imposé par notre société. J’adore enseigner cette pratique car elle me laisse énormément de temps dans les postures pour transmettre des « informations » aux élèves et les guider dans quelque chose d’assez axé « développement de soi ».

Souffrant de divers soucis « féminins », hormonaux et organiques, mon parcours de vie m’a énormément sensibilisé aux pratiques de yoga au féminin. C’est notamment dans ce cadre que j’enseigne le yoga de la femme : je veux donner aux femmes un outil pour rayonner et trouver la paix intérieure vis-à-vis de la féminité que j’ai pu trouver grâce à cette pratique.

5. Ce que tu souhaites plus que tout transmettre lors de nos retraites ensemble ?

J’envisage les retraites de la même manière que les ateliers que je prépare et enseigne … En plus puissant ! Je visualise chaque retraite comme une expérience de pratique plus intense que celle que l’on peut vivre en cours hebdomadaires d’une heure. J’aimerais énormément plonger les participant-e-s dans une véritable expérience de yoga (traditionnel ou non !) une expérience de transformation dans la conscience des participants et un vrai retour à soi. Cela pourrait aussi être l’occasion de transmettre beaucoup d’informations que l’on ne transmet pas en cours hebdomadaires par manque de temps sur la science des mantras, l’ayurveda ou encore la philosophie du yoga de façon accessible.

6. La plus grande leçon que la vie t'a apprise ?

Qu’il existe en nous tous et nous toutes une part de lumière qui ne demande qu’à briller … A condition de faire preuve de beaucoup de courage, de force et de détermination l’autoriser à se diffuser pleinement.

Qu’il y a des choses bien plus graves dans la vie qu’un flop sur un post Instagram ou que de se faire servir un café dégueulasse !!

7. Ton plus bel accomplissement personnel et professionnel ?

J’ai du mal à répondre à cette question car je visualise chaque jour comme un nouvel accomplissement dans tout ce qu’il m’apporte. Globalement, je me sens chanceuse d’être entourée d’amour, d’animaux et de mes élèves.

Bon, on peut quand même dire qu’un coup de téléphone avec Namastrip, c’est quand même un de mes plus beaux accomplissements !!!! :D 

8. Tu ne pourrais pas vivre sans ...

Ma famille, mon chéri, mes amis, mes chats, mon tapis de yoga et mes livres.

9. Ta chanson favorite ?

En bonne fan de pop music et de Hip-Hop, je dirais Needy d’Ariana Grande pour le texte et « Take Care » de Drake & Rihanna pour sa musicalité incomparable !

10. Ta posture de yoga préférée ?

Je dois dire que j’ai un petit faible pour le Chaturanga depuis toujours. Il parait aussi qu’on finit par adorer les postures que l’on déteste au début de notre pratique. Pour ma part, en ce moment, je me délecte des déblocages de mon corps sur Ardha Baddha Padmottanasana (la demi pince en demi lotus).

11. La dernière fois que tu as ri aux larmes ?

Je plaide coupable … Je suis très bon public. Je ris tous les jours aux larmes aux blagues des gens qui m’entourent ! 

12. Ce qui te donne envie de te lever le matin ?

L’idée que chaque jour est une nouvelle chance d’aimer, de s’améliorer, d’évoluer et de faire du monde un lieu plus beau. 

13. La personne que tu admires le plus ?

Ma maman et mon papa, Nelson Mandela, ma professeure de yoga & Amma.

14. Tu pourrais faire n'importe quoi pour...

Que le monde soit un espace d’amour, de bienveillance, de prospérité, de santé et de sécurité.

15. Ton mantra préféré ?

« Jai Mata Kali Jai Mata Durge ». D’un point de vue purement théorique, ce n’est pas un mantra mais un Bhajan. Mais je ne peux pas oublier l’histoire très spéciale que j’ai avec ce chant, et avec l’incarnation féminine qu’il porte en lui.

C’est un Bhajan qui m’est venu spontanément en tête, deux heures durant, alors que je prenais le train pour me rendre à l’enterrement de mon arrière grand mère il y a quelques petites années. Ce qui m’a frappé, c’est qu’il me soit venu en tête alors que ma chère mamie avait elle-même un lien extrêmement compliqué avec sa féminité. De par mon histoire, je ressens un lien très particuliers avec ces archétypes de la déesse mère guerrière.