Se connaître pour se reconnaître

Se connaître pour se reconnaître

Le mot d’Audrey

Chaque semaine, cette professeure de yoga passionnée d’écriture se met à nue et philosophe pour le Namas’mag sur un sujet qui lui tient à cœur. Aujourd’hui, elle a choisi de nous parler de connaissance de soi et nous donne très envie de partir à la rencontre de nous-même.

Se connaître pour se reconnaître :

« Cette rencontre-là est de l’ordre du coup de foudre. C’est à nous de ne pas la manquer, de ne pas la laisser passer sans y prêter toute l’attention. Cela dépend de nous. Alchimie entre le fait d’apprendre à se connaître et les phénomènes de la vie quotidienne, substrat où viennent s’éclore de magnifiques fleurs. Nous pouvons nous rencontrer à partir de nos expériences. Ici et maintenant. C’est nous, entièrement nous. À chaque instant, dans chaque geste, chaque parole, chaque regard, chaque pensée. Le yoga nous amène à étudier notre livre intérieur. À observer la mosaïque qui nous compose. À respecter notre livre. À retrouver un contact étroit, intime avec soi. À prendre de la hauteur pour être à sa hauteur. 

C’est une quête de la connaissance de soi, de ce qui nous motive et de ce qui nous façonne. La connaissance de soi nous demande de regarder les histoires que nous nous racontons. Nous demande de nous rendre compte que ces histoires créent la réalité de nos vies. Nous invite à libérer la perception de soi qui peut parfois devenir fausse et limitante. Nous propose de connaître notre vérité profonde. Nous incite à voir nos expériences comme étant des possibles pour grandir, éprouver, apprendre, comprendre. Nous engage à examiner nos actions devant un miroir pour observer nos désirs conscients et inconscients. C’est l’enseignement de soi-même à soi-même. Cet enseignement est celui de notre vie, telle qu’elle se présente à nous. L’enseignement véritable. Celui qui passe par nos tripes. L’enseignement inaudible qu’on ne peut oublier comme la fulgurante première rencontre avec soi. Tel un présent surprenant. 

Un présent dénué d’un passé. Un présent où nous réalisons ce que nous ne sommes pas. Où nous comprenons notre position face aux autres. Où nous prenons place. Où nous arrêtons de nous oublier. Car s’oublier soi-même, c’est rejeter le corps, abandonner l’esprit. Nous pouvons alors nous mettre en position d'observateur par rapport à nous-même. Apprendre à sentir, à ressentir. Regarder en soi pour voir ce qui s’y passe. Être à la fois le sujet et l’observateur. Se voir avoir des idées, voir comment elles se transforment, comment elles se combinent. Nous regarder être, penser, agir. Comme si nous étions un spectacle pour nous-même. Un spectacle où nous apprenons à nous connaître pour pouvoir nous reconnaître. S’étudier pour renaître. 

L’étude de soi est la plus bénéfique de toutes les études. La plus humble. La plus vulnérable. La plus admirable. La plus courageuse. Nous pouvons étudier livres sur livres, si nous ne nous observons pas nous-même, tout cela n’aura guère de sens. En revanche, si nous nous observons purement, simplement, la moindre étude, aussi modeste soit-elle, sera porteuse de sens. Au fil du vent, nous murissons. Nous tirons profit de l’expérience acquise. Nous comprenons qu’il y a une condition indispensable à cette démarche d'observation de soi. Celle de s’accepter. De se pardonner. De faire la paix avec ce qui nous hérisse le plus en nous. Car si nous ne le faisons pas, s'observer de façon neutre et sans jugement deviendra une utopie.»

Audrey Badin.

Découvrez son portrait ici ! Et retrouvez la dans notre atelier en ligne « Yin Yoga & Aromathérapie »